Fireworks – the End

7 ans que je bosse dans le web. 7 années où j’ai appris à me passer d’un Photoshop jamais correctement maîtrisé pour me consacrer à l’apprentissage de Fireworks sous les yeux de mon gourou de DC (bigup Fred).

7 années qui ont écarquillé mes yeux et m’ont permis d’affirmer plus que jamais “mais putain, pour faire des maquettes Toshop c’est vraiment de la merde, on va 50 000 fois plus vite et précisément avec Fireworks arrêtez d’être con comme je l’étais !”.

7 années à voir les plugins dispo, à m’initier à des techniques avancées, ou à laisser de côté volontairement des facettes qui ne m’intéressaient pas. D’année en année d’arriver à mieux maîtriser l’outil, ses quelques crash et corruptions de fichier, à savoir finalement glapir de plaisir en découvrant de nouvelles fonctions issues de la CS6 (pour avoir directement les propriétés CSS compatibles d’un élément…). Bref, 7 années de pur bonheur.

C’est tombé aujourd’hui, Fireworks ne sera plus updaté. Seulement patché, “maintenu”. Je me dis qu’au moins je pourrais continuer à l’utiliser, toujours ça… mais c’est un gros coup dans les côtes. Comme si, demain, votre windows 7 préféré s’arrêtait de tourner et vous obligeait à passer à windows 8. Cet outil de travail a sauvé des vies (rien qu’en maquettant des sites avec les mentions “mangez moins gras, moins sucré…” ).

Adobe renie donc son acquisition (Fireworks appartenait à Macromedia) après des années de bons et loyaux services. Photoshop devient une chimère dégueulasse qui se complait à avoir toujours plus de fonctionnalités mal maîtrisées (3D, Vidéo…)… et qui justifie donc l’arrêt de Fireworks, jugé comme logiciel qui… en gros… bah Photoshop sait aussi (moins bien) le faire.

Après la politique d’enculés sur les tarifs des licenses, le manque de bugfix et d’updates dont a souffert Fireworks, on euthanasie juste le meilleur logiciel pour faire du webdesign. Va. Crever. Ordure.

 

Il va falloir continuer à utiliser Fireworks quelques temps et doucement se mettre à trouver des alternatives. Et non, Photoshop n’est pas une solution intéressante : quand on voit les possibilités qu’avait Fireworks pour gérer le vecto et le pixel, les calques, la vitesse pour tout bidouiller… il va falloir trouver autre chose : Photoshop est une relique avec des centaines milliers de fanatiques, et au delà de ça est un excellent logiciel de composition, de retouche photo. Jamais il ne prendra le pas de l’édition ultra rapide qu’à un fireworks, au risque de perdre ses fidèles.

6 comments

C’est vraiment une honte. Il n’y a aucune alternative dans la suite qui permette de faire du design web et d’application aussi simplement et rapidement qu’avec Fireworks. Photoshop est bon pour de la manipulation d’images mais pour faire du web c’est à s’enfoncer des crayons dans les yeux

Il aura quand même fallu braver quelques tempêtes, à commencer par les intégrateurs grincheux maqués ad vitam à Totoshop qui ont toujours pas compris la conquête des States (wtf?) – sans doute auront-ils préférés manipuler quatorze fichiers différents quand notre feu d’artifice du pixel en chef te compile ça en un seul… J’entends déjà les voix de mes compatriotes de terrain hurlant les bras portés vers le ciel des grands “POUUUUURQUOIIII?”, car oui, je les ai tellement saoulés, tous, que j’ai réussi à faire d’eux des switchers pour l’avenir et le futur du webdesign… Il faut dire qu’après plusieurs années à beta-tester FW, nous étions devenus si intime, ce petit soft et moi-même, qu’il coulait un peu dans mes yeux et dans mes veines, et j’avoue que je ne comprends toujours pas, surtout côté Adobe, ce qui a bien pu se passer… Alors apparemment, l’héritage Macromedia aurait eu besoin d’une refonte intégrale et c’est là où le bât blesse, parce que soit tout le monde s’en bat le mulot, soit Adobe a bien d’autres choses à branler que de ré-écrire cet opus en intégralité. La question a toujours été latente, cela faisait des années que certains bugs permanents resteraient malheureusement inopérables… Nous avons accepté de travailler avec ces contraintes et avons fait de ce soft malin un couteau suisse du workflow. Et ouais, ça fait rudement chier…

Mais je sais que nous savons que vous savez qu’Adobe a des challenges à relever sur la question du design. L’UX, l’UI, tous ces acronymes devenus tant à la mode ne pourront se passer d’outils dédiés. Il est donc fort à parier que les outils soient en mutation et que de nouvelles choses apparaissent pour le confort de nos pensées digitales.

J’aurais personnellement préféré qu’Adobe arrête avec ces conneries de 3D et de vidéo pour Photoshop, et se concentre plutôt sur la transformation de plein de petites choses qui rendent ce soft si relou pour du webdesign… Sélection claire directe, édition directe des formes (arrondis, conservation des proportions, …), outils de mesures viables, gestion de multi-states et tout ce qui va avec (distribution aux calques, blablabla, …)…… Tout comme il manquait à Fireworks pas mal de petites choses qui faisaient que je designais de toute façon le cul entre deux bancs…

Tu choisis quoi toi entre vomir toutes les 5 minutes et avoir des bras de 6m de long ?
Mmm….

Bref, Fireworks is dead.

“car oui, je les ai tellement saoulés, tous, que j’ai réussi à faire d’eux des switchers pour l’avenir et le futur du webdesign…”
Et j’en suis !
Moi qui était accroché à Toshop comme une moule à son rocher depuis le siècle dernier !

Voilà un parcours et un avis que je partage à 100%
J’ai grandi avec Photoshop (depuis la 2.5 en fait, on ne parlait pas trop du design web à l’époque…) mais j’ai applaudi quand Macromedia à challengé Adobe sur une autre vision des outils graphiques !
Bref, la concurrence a des fois du bon : http://www.bohemiancoding.com/sketch

… completement d’accord…rien que de penser à faire à nouveaux des DA en photoshop me donne envie de pleurer

Leave a reply

required*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.